RGO interne : quels sont les symptômes chez un nourrisson ?

Bébé régurgite sans arrêt, il pleure beaucoup et prend peu de poids… et si c’était un RGO interne ? Quels en sont les symptômes exacts, et comment soulager votre enfant ? Zoom sur ce désagrément fréquent et généralement sans gravité, qui peut toutefois gâcher le quotidien de bébé et de ses parents.

  1. Quels sont les symptômes du RGO interne ?
  2. RGO simple et RGO compliqué
  3. Comment traiter le RGO chez un bébé ?

Quels sont les symptômes du RGO interne ? 

Le Reflux Gastrique Œsophagien (RGO) désigne la remontée involontaire du contenu gastrique de l’œsophage vers la bouche. Fréquente chez les nourrissons, elle s’accompagne de plusieurs symptômes :

• Des régurgitations fréquentes et importantes, après l’allaitement ou la prise de biberon, mais pas seulement. Le RGO peut se manifester à tout moment de la journée et même à l’écart des repas. 

• Un bébé agité, encore plus à l’heure de téter (au sein ou au biberon) : il se tortille, se cambre, pleure ou refuse de s’alimenter, ce qui peut conduire à une prise de poids insuffisante.

• Des troubles du sommeil : bébé dort mal et se réveille fréquemment, il est grognon et semble gêné par quelque chose.

RGO simple et RGO compliqué

Dans la plupart de cas : un RGO simple

Le RGO interne peut être plus ou moins marqué selon les bébés. On parle de RGO simple quand un bébé régurgite fréquemment après un biberon de lait infantile ou une tétée.

C’est un phénomène fréquent, puisqu’il touche 45 à 65 % des bébés (1).

Ces régurgitations, composées de lait et de salive, sont engendrées par un système digestif immature chez le jeune enfant. Quand on mange, un muscle situé à la limite de l’œsophage et de l’estomac permet d’ouvrir le sphincter œsophagien pour laisser passer les aliments et se referme ensuite pour éviter les reflux. Le sphincter œsophagien fonctionne ainsi comme un clapet, qui s’ouvre et se referme au gré des repas. Chez un bébé, ce « clapet » ne fonctionne pas toujours correctement, et peut laisser remonter le contenu gastrique dans l’œsophage et jusque dans la bouche - ce qui se manifestera par des régurgitations certes embêtantes, mais qui n’impactent pas la santé de bébé au quotidien. 

Associez à cela un estomac de taille réduite chez les nourrissons, qui n’a pas la capacité de s’étirer - à l’image d’un seau, quand il est plein, il déborde – et vous obtenez deux facteurs qui favorisent grandement les reflux.

À partir de 3 / 4 mois, les régurgitations commencent à diminuer. Le RGO simple disparaît naturellement quand les enfants commencent à se tenir assis et passent progressivement à une alimentation solide. Vers 1 an, les reflux gastriques ne sont plus qu’un mauvais souvenir pour la plupart des enfants.

Le RGO interne compliqué, et ses conséquences

En cas de RGO dit compliqué, il est plus difficile de soulager bébé. L’enfant souffre, et l’acidité du liquide gastrique peut provoquer une œsophagite, c’est-à-dire une inflammation de l’œsophage, qui va nécessiter une prise en charge spécifique. Les reflux peuvent aggraver ou déclencher d’autres pathologies : bronchiolites et pneumonies à répétition, asthme, etc.

Il n’est pas toujours facile de poser le diagnostic du RGO, car les symptômes peuvent être évocateurs d’autres problèmes, comme des allergies ou des intolérances alimentaires. En effet, un bébé allergique aux protéines de lait de vache peut connaître lui aussi des vomissements et des douleurs abdominales, lesquelles provoquent des pleurs incessants. C’est votre pédiatre ou votre médecin qui pourra faire pratiquer les tests adéquats pour identifier le problème, il faut donc le consulter dès les premiers symptômes.  

RGO interne

Comment traiter le RGO chez un bébé ?

Pour limiter les reflux et leurs désagréments, plusieurs solutions existent et méritent d’être testées :

• Veillez à ce que bébé n’avale pas trop d’air pendant le biberon, en gardant toujours la tétine remplie de lait. Vous pouvez faire des pauses au cours de la tétée ou du biberon, en relevant bébé. Il pourra ainsi faire son rot et évacuer l’air dans son estomac. Prenez un peu de temps pour lui faire faire systématiquement son rot après chaque repas.

• Evitez la position allongée tout de suite après avoir nourri bébé : vous pouvez le garder à la verticale dans vos bras, dans sa chaise haute s’il est en âge de s’asseoir ou dans un porte-bébé. De nombreuses mamans affirment que l’écharpe de portage a grandement amélioré le reflux gastro œsophagien de leurs bébés. (2) (3)

• Pour les siestes ou la nuit, pensez à surélever légèrement le matelas, avec un oreiller ou un plan incliné placé en dessous, de façon à ce que sa tête soit plus haute que ses pieds. 

• Au rayon des médecines douces, pourquoi ne pas envisager l’ostéopathie ? Votre praticien pourra manipuler bébé pour diminuer la tension au niveau intra-abdominal, améliorer l’activité gastrique et la tonicité du sphincter de l’œsophage. 

 Si votre enfant prend des biberons de lait infantile, vous pouvez vous tourner vers les laits épaissis. Leur préparation est enrichie avec un épaississant, comme de l’amidon de pomme de terre, riz ou maïs, de la pectine ou encore de la farine de caroube. Le mieux, avant de passer à un « lait AR » (pour anti-reflux) est de demander conseil à votre pédiatre qui pourra vous indiquer le plus adapté à votre bébé.

Si toutes ces petites techniques ne fonctionnent pas, sachez qu’il existe des traitements médicamenteux pour soulager bébé. Certains médicaments améliorent le tonus de l’estomac pour limiter les reflux. Dans les cas les plus extrêmes, on pourra vous proposer d’avoir recours à des inhibiteurs de la pompe à protons (IPP), qui vont bloquer la sécrétion acide de l’estomac et ainsi mettre fin aux brûlures de l’œsophage. 

Vous suspectez un RGO chez votre nourrisson ? Le mieux est d’en parler sans tarder à votre pédiatre ou à votre médecin, qui pourra mettre en place selon la gravité des symptômes le traitement adéquat pour venir à bout de ces régurgitations.

Vous devriez rapidement voir le confort et le sommeil de bébé s’améliorer significativement – et le vôtre aussi ! D’ailleurs après l’accouchement, pensez à chouchouter ce corps qui a donné la vie en appliquant nos soins post-partum, comme Le Baume Onctueux, qui apportent une bonne dose de douceur et de bien-être aux jeunes mamans.

(1) Pédiatre online

(2) Educ agency

(3) Blotticontremoi