Stéphanie, enceinte pour la 3ème fois, nous raconte sa vision de la maternité

Qui êtes-vous ?

Je m’appelle Stéphanie, j’ai 33 ans et je suis la maman de deux enfants (Louise bientôt 6 ans et Léo 21 mois). J’ai la chance d’attendre un 3ème enfant qui doit naître fin novembre.

En dehors de ce rôle de maman qui prend de plus en plus de place dans ma vie, je suis également passionnée par mon travail d’enseignante. Je suis professeur de marketing, d’économie et de droit au lycée.

Comment vivez-vous votre 3ème grossesse ?

Pour tout dire, je ne la vois pas passer. Entre le temps consacré à mes deux enfants, mon travail et la COVID-19, j’ai le sentiment d’avoir été préoccupée par mille autres choses ces derniers mois. Si peu de temps pour câliner ce bébé, être à son écoute ou ne serait-ce que penser à lui en toute sérénité… Je suis un peu frustrée en somme.

Quelle maman êtes-vous ?

Je suis en constante évolution et j’essaye surtout d’être une maman qui s’améliore sans cesse. Avant d’avoir Louise j’étais pleine d’attentes, de projections et de certitudes. J’étais une vraie « control freak »… Par exemple, je passais des heures à faire des études comparatives de tout avant d’acheter le moindre truc. Bref, j’ai surtout réussi à être une maman malheureuse qui avait tout le temps la sensation de mal faire et qui voyait ses attentes et ses projections s’effondrer les unes après  les autres. Incapable de m’épanouir dans mon rôle de maman mais aussi incapable de lâcher prise, ou par exemple de la laisser de temps en temps pour prendre du recul.

Aujourd’hui, je prends beaucoup sur moi pour arrêter de tout contrôler justement. Je reste ouverte à plein de choses, plein de conseils, etc. Mais j’essaye de tirer les leçons de mes erreurs, de me faire davantage confiance, de faire confiance à la vie… Ce fameux « lâcher prise » qui revient sans cesse mais qui reste si difficile à entreprendre. J’essaie aussi de revoir mes ambitions à la baisse sur ce que j’entreprends avec eux. J’essaie de faire moins de choses dans un week-end mais les apprécier, plutôt que d’avoir fait 10 activités sans profiter d’aucune !

J’ai encore du mal à garder du temps pour moi afin de me retrouver mais j’y travaille ! ;) 

A quel moment avez-vous annoncé cette 3ème grossesse à vos enfants et à votre entourage ? Quelles ont été leurs réactions ?

Nous avons annoncé la grossesse, à Louise, à l’échographie des 3 mois. Nous sommes rentrés avec une photo du petit bébé, elle était émue et aux anges. Pour Léo, cela s’est fait petit à petit avec l’apparition du ventre…

Pour l’entourage, les réactions ont été plus mitigées. Les félicitations habituelles ont été remplacées par des « ah ouais ? », « encore ? », « Et bien bon courage »… Encore aujourd’hui, les gens ont tendance à même oublier que je suis enceinte ! C’est une grossesse que l’on vit plus « entre nous » du coup.

Votre vision de la maternité a-t-elle évolué depuis votre 1ère grossesse, il y a 6 années maintenant ?

Totalement.

L’arrivée de Louise a été un vrai bouleversement. Les débuts ont été assez difficiles. J’étais sans cesse dans le questionnement, j’avais le sentiment de ne pas vivre le bonheur tant attendu dont tout le monde parle. Je me sentais mise en échec en permanence. Mon travail me manquait. Je ne parvenais pas à m’épanouir comme je l’aurais voulu dans mon rôle de maman. 

Léo m’a demandé un vrai travail sur moi car j’étais persuadée d’attendre une deuxième petite fille. L’annonce d’un petit garçon a été un véritable choc. Je l’ai laissé me séduire mois après mois. Moi qui n’avais que des sœurs, des nièces, des cousines... C’est lui qui m’apprend à être la maman d’un merveilleux petit garçon.

Chaque expérience de la maternité m’a vraiment fait évoluer et m’a poussée à changer. Jour après jour, mes enfants m’obligent à cesser de tout contrôler et à vivre le moment présent plutôt que d’essayer de réaliser des projections (et il me reste encore du travail à ce sujet…).

Vous avez appris à votre fils Léo de 21 mois à signer ? Quelle a été votre motivation et quels bénéfices vous en retirez ? Est-ce que votre ainée Louise et votre mari pratiquent également la langue des signes ? Dites-nous en plus.

Avant même d’avoir des enfants, j’ai toujours été attirée par la langue des signes. Je suis fascinée par ce moyen de communication. Quelques mois après la naissance de Léo, je suis tombée sur des articles qui parlaient de l’intérêt de pratiquer la langue des signes avec les bébés afin de diminuer leurs frustrations. Cela m’a paru assez logique et j’ai eu envie d’essayer de rentrer davantage en communication avec Léo avant qu’il soit en capacité de parler. J’ai donc acheté 2/3 livres (pas les bons d’ailleurs), regardé quelques vidéos sur YouTube et je me suis lancée comme ça sans aucun objectif ni aucune pression. En un soir j’ai appris quelques signes et c’était parti. A chaque fois que je disais le mot en question, je faisais le signe à Léo. Et puis au fil des jours, j’apprenais un ou deux mots de plus. Par moment, je lâchais un peu et par moment, j’étais plus à fond. 

Et puis le premier signe de Léo en réponse est arrivé. Il a signé « encore ». Et là c’est le méga boost, et nous avons progressé tous ensemble.

Mon mari n’était pas réticent et s’y est mis petit à petit et Louise également. C’était vraiment super pour tous les trois de signer ensemble pour Léo.

J’ai vraiment adoré cette expérience. Il peut me dire qu’il a soif, qu’il a faim, que c’est trop chaud… Il signe les comptines chantées pendant que je change sa couche. Et surtout il peut me dire qu’il m’aime et ça c’est vraiment émouvant !

Avez-vous une anecdote, une histoire, drôle ou émouvante, que vous souhaiteriez partager avec les futures et jeunes mamans qui nous suivent ?

Il y a 18 mois (donc quand Léo avait 3 mois), j’ai perdu totalement l’odorat et donc le goût par conséquent (puisque certaines personnes ne s’en rendent pas compte mais les deux vont ensemble). Rien à voir avec la COVID-19, juste une banale sinusite qui a détruit le nerf olfactif.

Bref, outre la perte de milliers de plaisirs (ne plus sentir la nature, la plage, le pain grillé le matin, l’odeur de sa propre maison, ne plus voir la différence entre du steak et du poulet ou ne plus sentir le goût des fruits et du chocolat !!!!) et outre les inconvénients permanents (ne plus se sentir soit même, ne plus sentir la fumée s’il y a un feu, ne pas savoir si les habits des enfants sont sales, si son propre bébé a fait caca !), ce qui reste le plus éprouvant pour moi est de ne pas connaître l’odeur de mes enfants.

Je n’ai quasiment jamais connu l’odeur de Léo car il avait 3 mois quand c’est arrivé, et en 18 mois j’ai même oublié l’odeur de Louise. Je ne sens plus rien dans leur petit cou quand on se câline, plus la petite odeur dans leur chambre que j’aimais tant…et je ne sentirai jamais cette odeur de lait dans la bouche de mon petit bébé qui arrive après une tétée !

De plus, il y a plein de choses que je ne peux plus partager avec eux : « hummm t’as vu ça sent bon les frites », « sens cette fleur comme elle sent bon »… Alors c’est Louise qui me décrit un peu les odeurs qui nous entourent. Elle dit qu’elle est « mon petit nez » (j’adore).

C’est une vraie blessure pour moi (dont j’évite de parler d’ailleurs car c’est très vite très douloureux). J’essaye de rester positive et concentrée sur tout ce que je peux partager avec eux. Mais il y a de nombreux moments où ça me rattrape, et où j’ai vraiment le sentiment de perdre quelque chose et de ne pas les connaître dans leur entièreté. On ne s’en rend pas compte mais l’odeur des autres est fondamentale dans les rapports humains. Il y a véritablement quelque chose de l’ordre de l’instinct animal dans le fait de sentir ses enfants…

Alors je conseille à toutes les mamans de sentir encore et encore leurs bébés et leurs enfants et d’en profiter à chaque fois. Profitez de ce petit plaisir tout simple que l’on oublie très souvent car on ne pense jamais qu’un jour il puisse disparaître… et pourtant !

Et le papa dans tout ça, comment il s’en sort avec 2 enfants et un 3ème qui arrive bientôt ?

On essaye de faire en sorte qu’il ne soit pas juste « un super allié », quelqu’un qui prend le relai…

Alors oui grâce à mon métier je passe plus de temps avec les enfants, oui je prends plus de décisions concernant leurs vêtements ou leurs cadeaux d’anniversaire et c’est plus moi qui gère le pédiatre, les activités qu’ils font etc.

MAIS c’est vraiment un papa des temps moderne qui s’occupe à fond de ses enfants et qui les connaît par cœur. Il les change, donne le bain, il sait ce qu’ils aiment manger, leur histoire et leur chanson préférées, qui sont leurs copains… Si ce n’est qu’il dispose de moins de temps avec eux en raison de son travail, il s’en occupe tout autant que moi. Je n’ai vraiment pas le sentiment de vivre une maternité mais une vraie parentalité.

En revanche durant les grossesses, il a plus de mal à se projeter. C’est sûrement un homme d’action ;). Il a besoin que le bébé soit arrivé pour devenir un super papa !

Que pensez-vous des produits Daylily Paris que vous utilisez pendant votre grossesse ?

J’ai découvert ces produits lors de ma seconde grossesse et j’ai immédiatement arrêté tout le reste !

J’utilise le Lait Fondant tous les matins et l’Huile Sensorielle tous les soirs (sans aucune exception !).

Comme presque toutes les futures mamans j’imagine, je psychote sur les vergetures à chaque grossesse alors j’ai toujours été très rigoureuse sur la régularité dans l’application du lait et de l’huile afin de mettre toutes les chances de mon côté.

J’adore la texture du lait car il est absorbé très vite par la peau et ne colle pas ! (et quand j’avais encore de l’odorat, j’aimais beaucoup l’odeur de l’huile…)

Cet été, j’ai découvert la crème de jour (Crème Radieuse). J’ai tendance à avoir des masques de grossesse et du coup, grâce à cette crème j’ai limité les dégâts. Elle est topissime ! Elle a un effet matifiant et pas de traces blanches. Je l’ai mise tout l’été !

Après ma seconde grossesse, j’ai aussi adoré le baume raffermissant. Il m’en reste encore à tester, mais pour l’instant tous ceux que j’ai testés je les ai adoptés !

Un bon plan à partager aux futures mamans qui vous lisent !

En rapport avec la langue des signes, je recommande aux futurs parents qui sont tentés par l’expérience de suivre Littlebunbao sur YouTube, Instagram ou avec sa nouvelle application (payante mais très raisonnable). 

Sinon en termes de magasins et sites internet, j’ai deux petits coups de cœur :

Le magasin « Lieblings » rue du rendez-vous près de Nation à Paris. C’est un petit éco-concept store pour bébé hyper sympa. Plein de jolies choses (un peu chères certes) mais vraiment très mignonnes.

Le site « my baby factory ». Une petite entreprise française qui fait des petits chaussons et chaussures pour bébé trop sympa.

Un petit mot de la fin à adresser à votre bébé ?

Pas facile ! Je ne pourrai pas te sentir mais toi tu pourras sentir tout l’amour que j’ai pour toi… Je ne pourrai pas t’accorder tout le temps que je voudrais, mais toi tu seras tout le temps dans ma tête… Je ne pourrai pas être parfaite mais je ferai de mon mieux !

Sa routine beauté

Le Lait Fondant anti-vergeture

22,42 €

L'Huile Sensorielle anti-vergeture

22,42 €

La Crème Radieuse - Crème de Jour SPF 50+

20,75 €

Coffret Belle Enceinte

65,58 € -4,80 € 60,78 €
  • -4,80 €
  • -4,80 €

Vous aussi vous avez envie de partager votre histoire, contactez-nous sur hello@daylilyparis.com