Sonia, future maman sportive nous parle de sa grossesse ! 

Sonia, future maman sportive nous parle de sa grossesse !

Qui êtes-vous ?

Bonjour, moi c’est Sonia. Dans la vie je suis professeur d’EPS. C’est donc en continuité avec ma passion pour le sport que je tiens le compte Instagram @mrs_littlefit pour partager sur le fitness et tout ce qui est en lien avec le bien-être.

Actuellement, je suis enceinte de 34SA. J’ai longtemps eu peur de prendre du poids à outrance lorsque j’attendrais un enfant. Finalement, je suis plutôt contente de moi car ce n’est pas le cas. Je me rends compte que si on continue de manger sainement il n’y a pas de souci. Sauf cas particulier pour les femmes qui doivent rester allongées (et encore avec une bonne alimentation ça reste gérable) ou certaines femmes qui prennent anormalement du poids sans explication mais ça reste rare finalement ce dernier cas de figure.

En tant que sportive, comment avez-vous vécu vos différents trimestres de grossesse ? Est-ce que le sport vous a accompagnée tout au long ?

Pour moi, le premier trimestre a été le plus dur tant au niveau de la fatigue physique que mentalement. C’est beaucoup de changements, on apprend à se redécouvrir, à découvrir la grossesse et on a plein de sensations inconnues. On ne sait jamais ce qui est normal ou non, s’il faut s’inquiéter ou pas. Durant ce premier trimestre, je n’ai donc pas énormément pratiqué car j’étais fatiguée. J’en suis aussi assez fière et j’avais du mal à aller à la salle sans tout donner. Et le premier trimestre est tout de même important, alors j’ai préféré m’entraîner au calme et tranquillement chez moi loin des regards.

Pour le second trimestre, j’ai repris les choses sérieusement et je suis retournée à la salle. Au début, j’étais un peu mal à l’aise car on ne pouvait pas savoir si j’avais du ventre ou si j’étais enceinte. Et puis à force, j’ai fini par ne plus y penser. Certains exercices étaient compliqués à faire pour le haut du corps car j’avais parfois mal à la poitrine, mais à force j’ai appris à me connaître et à travailler autrement et ça fait un bien fou. Même si l’objectif n’est pas de progresser, mentalement ça rassure et ça redonne confiance en soi.

Malheureusement ça a été de courte durée à cause du confinement. J’ai tout de même continué les entraînements à la maison. De toute façon plus on approche de la fin, moins on charge, voire on fait juste à poids de corps.

Le troisième trimestre est en cours et j’essaie de continuer à faire 2 à 3 entraînements par semaine et ça me va.

Quel(s) conseil(s) donneriez-vous aux futures mamans qui souhaiteraient avoir une activité sportive ?

Étant sportive, j’ai continué à faire du sport malgré parfois des remarques. L’important est de faire en fonction de vos ressentis. Tant qu’il n’y a pas de douleurs, pas de saignements anormaux, pas de contractions et qu’on prend soin de son périnée durant la pratique, il n’y a pas de raison d’arrêter. Le tout est d’adapter sa pratique que ce soit au niveau des charges qui seront forcément plus légères et de l’intensité bien réduite car nous sommes rapidement essoufflées.

Comment vivez-vous les transformations de votre corps ?

J’accepte plus les transformations de mon corps en cette fin de grossesse car maintenant on voit vraiment que je suis enceinte, il n’y a pas de doute à avoir alors je ne suis plus mal à l’aise.

La chose qui me dérange vraiment actuellement c’est la cellulite mais je relativise en me disant qu’après l’accouchement et la rééducation du périnée et des abdominaux, je pourrais reprendre le sport à fond et ça partira. C’est un petit sacrifice face au bonheur d’avoir un enfant.

Par contre, ce qui me fait peur ce sont les vergetures car contrairement à la cellulite, elles sont irréversibles même si on peut les atténuer. C’est pourquoi je mets de la crème deux fois par jour depuis le début.

Vous avez découvert les soins Daylily Paris pendant votre grossesse, qu’en pensez-vous ?

Les crèmes Daylily Paris ont été vraiment un coup de cœur. Car il y en a deux, adaptées en fonction du moment de la journée. La crème que l’on peut mettre le matin pour éviter de tacher nos vêtements de la journée. Et l’huile pour le soir. De plus, les odeurs sont douces, ce qui les rend agréables.

Avant de tomber enceinte, je n’aurais jamais cru que …

Il est sûr que pour une première grossesse je découvre beaucoup de choses que les femmes enceintes ne partagent pas forcément. J’ai découvert qu’on pouvait avoir hyper mal au ventre comme si on avait nos règles à cause des ligaments qui tirent avec le ventre qui prend sa place. On est bien plus essoufflée et fatiguée. Les nausées, je connaissais mais je ne pensais pas que ça pouvait être toute la journée et même la nuit.

Et je ne pensais pas qu’on pouvait autant sentir notre enfant dans le ventre, et que ça pouvait autant bouger. Pareil pour le hoquet, je ne savais pas non plus que c’était possible.

Qu’est-ce qui vous manque le plus dans votre vie d’avant grossesse et que vous avez hâte de retrouver une fois que bébé sera né ?

Malgré le fait que j’adore la sentir, j’ai tout de même hâte de pouvoir m’habiller à nouveau comme je le souhaite, et me sentir à nouveau autant agile. Et bien sûr, me donner à fond au sport car je suis un peu frustrée même si c’est pour le bien de ma puce.

Comment le futur papa vit-il votre grossesse ?

Mon mari a été d’un grand soutien tout le long. Je ne suis pas sûre qu’il ait complètement conscience qu’il va être papa. D’ailleurs moi non plus. Mais je sais qu’il a hâte, il n’a raté aucun rendez-vous que ce soit les échographies ou juste les consultations (mis à part durant le corona car c’était interdit mais il a pu voir en visio). Et il est toujours foufou quand il la sent bouger.

Quel message souhaitez-vous transmettre aux futures mamans ?

Pour finir je dirais que chaque grossesse est vécue différemment. Il ne faut pas regarder chez la voisine et avoir de regrets. Le tout est de vivre sa grossesse comme on le sent. Si vous voulez arrêter le sport alors arrêtez, si vous voulez continuer faites-le en adaptant votre pratique. Et n’écoutez que vous-même. Vous aurez toujours des personnes pleines d’attention qui voudront vous donner des conseils mais ceux-ci ne sont pas toujours bons à prendre car nous sommes toutes différentes et parfois ces conseils sont fondés sur la peur et le manque de connaissances de ces personnes… Informez-vous auprès de professionnels spécialisés dans plusieurs domaines. C’est le mieux à faire (grossesse et sport, kiné et sport et le mieux même si c’est compliqué à trouver, un kiné spécialisé dans le sport et la grossesse !).

Sa routine beauté

Le Lait Fondant anti-vergeture

22,42 €

L'Huile Sensorielle anti-vergeture

22,42 €

Vous aussi vous avez envie de partager votre histoire, contactez-nous sur hello@daylilyparis.com