Préparation à l'accouchement

Vous êtes entrée dans le troisième trimestre de grossesse, et par la même occasion dans la dernière ligne droite avant la grande rencontre avec bébé. Votre gynécologue va vous proposer de suivre des cours de préparation à l’accouchement. La plupart des futures mamans les attendent avec impatience, sans savoir vraiment en quoi ils consistent. On vous explique aujourd’hui les différentes méthodes, comment bien choisir son cours d’accouchement et quels sont les bénéfices pour les futurs parents !

Des cours pour préparer la naissance

Les cours de préparation à l’accouchement, désormais appelés Préparation à la Naissance et à la Parentalité (PNP), peuvent  commencer dès le 4e mois de grossesse avec le 1er entretien, puis sont généralement commencés à partir du 7ème mois de grossesse, notamment avec l’arrivée du congé maternité qui permet d’avoir plus de temps pour s’y consacrer. Huit séances entièrement prises en charge par la Sécurité Sociale sont proposées aux futures mamans : tout d’abord une première consultation sous forme d’entretien individuel dans lequel vous évoquerez votre projet de naissance, vos attentes, vos désirs, puis sept séances souvent collectives, théoriques ou pratiques.
Non obligatoires, les cours de préparation à l’accouchement sont toutefois vivement conseillés surtout s’il s’agit de votre premier enfant : ils permettent de mieux appréhender ce qui va se passer, d’être informée de toutes les éventualités, d’échanger avec d’autres femmes enceintes et de poser vos questions. Devenir maman ne s’improvise pas : mieux préparée, vous serez également moins stressée le jour J !
Le gynécologue-obstétricien qui suit votre grossesse peut certes vous renseigner si vous avez des interrogations, mais il ne peut assurer une formation complète à l’accouchement comme le fera une sage-femme. Notre conseil serait donc de ne pas faire l’impasse sur ces cours, au moins pour une première naissance.


En quoi consistent les cours de préparation à l’accouchement ?

Si on a toutes en tête des femmes enceintes allongées sur un tapis en train de souffler, leur mari à leur côté, les cours d’accouchement ne se limitent pas à des exercices de respiration.

On vous proposera la plupart du temps une partie théorique et une partie pratique
Lors des cours théoriques – ce qu’on appelle la méthode classique ou traditionnelle - la sage-femme vous parlera de l’accouchement en lui-même et du post-natal. A chaque séance, un nouveau thème clé est abordé : par exemple, comment reconnaître les contractions de travail, quand se rendre à la maternité, comment se passe la pose de la péridurale, comment pousser le moment venu, les éventuelles complications (césarienne, transfert du bébé en service de néo-natalité…), les suites de couches et le post-partum…Elle pourra aussi vous proposer des ateliers de puériculture autour des soins de bébé au quotidien. Les cours couvrent un large spectre de sujets autour de la parentalité.
Renseignez-vous bien sur les thèmes abordés et assurez-vous que le contenu corresponde à vos choix : les séances sur l’allaitement, par exemple, ne sont pas utiles si vous tenez fermement à donner le biberon à bébé ;-)
Ces cours théoriques doivent être plus considérés comme des discussions et des temps d’échange et de conseils que comme des cours scolaires et rébarbatifs. Ils sont généralement très vivants, avec schémas de démonstrations à l’appui et exercices concrets sur un poupon !
Ils peuvent être suivis en couple : voilà une bonne façon d’impliquer le futur papa et de le familiariser avec ce qui l’attend.

Les cours pratiques peuvent regrouper de multiples activités :
    • Les fameux exercices de respiration, pour apprendre à gérer la douleur des contractions et à pousser efficacement. Vous pourrez ainsi travailler votre souffle pendant quelques semaines avant l’accouchement.
    • Des séances en piscine, pour détendre votre corps de femme enceinte et pratiquer une activité physique douce, sans impact. Les mouvements dans l’eau agissent comme un léger massage et réactivent la circulation sanguine qui, sous l’action des hormones de grossesse, fonctionne souvent au ralenti. Une excellente option si vous souffrez de mal de dos, de rétention d’eau, des jambes lourdes ou pour vous accorder un moment de bien-être !
    • La méditation, la sophrologie et la relaxation sont idéales, surtout si vous vous  sentez un peu  stressée à l’approche de l’accouchement. Vous apprendrez à lâcher prise et à vous détendre – des méthodes que vous pourrez ensuite appliquer en salle de travail, pour calmer vos angoisses et la douleur.
    • Dans le même genre, le yoga prénatal vous permet de pratiquer des exercices doux, qui étirent le dos, font travailler la respiration et vous musclent en douceur. Vous pouvez aussi opter pour des exercices de pilates adaptés.
    • L’haptonomie, qui se pratique avec le futur père, crée les premiers liens avec l’enfant. Elle consiste à établir un lien tactile avec le fœtus, en déplaçant ses mains sur le ventre selon ses mouvements.
    • Des ateliers sur les différentes positions pour accoucher, avec des astuces pour accélérer le travail, mieux supporter les douleurs et des exercices pour protéger votre périnée.


Cette liste n’est évidemment pas exhaustive car il existe beaucoup d’autres formes de préparation à l’accouchement : le chant prénatal, l’hypnonatal, la méthode Bonapace ou encore la Fasciathérapie, une thérapie manuelle qui agit sur les tissus connectifs, ces membranes plus ou moins élastiques qui jouent un rôle essentiel dans la prise de conscience du corps et de soi.

Cours d’accouchement : les différentes méthodes

Ainsi, il n’existe pas un seul programme de préparation à la naissance ; chaque sage-femme, en maternité ou en libéral dans un cabinet, met en place ses cours, qui peuvent d’ailleurs combiner plusieurs pratiques, comme c’est le cas de Fabien, notre expert sage-femme et mari d’Audrey, la co-fondatrice de la marque. Il propose à son cabinet en libéral une préparation complète qu’il a élaboré et complété au fur et à mesure de ses formations et qui englobe à la fois des séances théoriques, de la sophrologie, de l’hypnose et une séance sur les postures selon la méthode Bernadette De Gasquet.
Le mieux est d’appeler quelques sages-femmes près de chez vous pour savoir quelle méthode elles proposent, et de choisir celle qui correspond le mieux à vos attentes, vos envies…et vos horaires de travail car vous n’êtes pas forcément encore en congé maternité :-)
Les femmes alitées peuvent aussi suivre les cours d’accouchement : certaines sages-femmes libérales se déplacent à domicile.
Si vous avez un emploi du temps surchargé et que vous préférez suivre vos séances tranquillement depuis votre canapé, cela est possible via les cours en ligne, qui se sont considérablement développés depuis l’épidémie de Covid-19. Beaucoup de mamans ont recours aux vidéos médicales diffusées sur You Tube, sur des sites web spécialisés ou aux podcasts : ce sont de véritables mines d’informations qui ont l’avantage de pouvoir être visionnées ou écoutées sur smartphone, tablette ou PC quand vous le souhaitez, pour plus de flexibilité.
Vous avez désormais toutes les clés en main pour choisir la méthode de préparation à l’accouchement qui vous convient le mieux. Il ne nous reste plus qu’à vous souhaiter de bons cours, et à profiter au maximum de cette dernière ligne droite : bébé sera bientôt là !
Article mis à jour le 21 juillet 2020

Partager ce post